Comment les entreprises peuvent augmenter les récompenses du marché pour les efforts de développement durable

Pour la première fois, un lien a été établi entre l’opinion publique sur les pratiques de développement durable d’une entreprise et la manière dont cette entreprise est valorisée sur le marché.

Les résultats sont importants à la fois pour les investisseurs à la recherche d’entreprises sous-évaluées et socialement responsables, et pour les entreprises elles-mêmes qui estiment que leurs efforts de développement durable ne sont pas entièrement récompensés par le marché.

En particulier, la recherche montre que les entreprises dont les performances globales sont bonnes dans leurs programmes environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peuvent augmenter leur valeur marchande en surveillant attentivement le sentiment du public à propos de ces efforts et en traitant de manière proactive les problèmes lorsque des histoires négatives surviennent.

«L’association positive entre la performance ESG et la valorisation boursière est plus forte pour les entreprises dont la dynamique de l’opinion publique est plus positive», écrit George Serafeim, professeur en administration des affaires à la Harvard Business School, auteur du rapport. «Une augmentation de la performance ESG d’une entreprise a près de deux à trois fois l’effet sur la valorisation boursière d’une entreprise pour une entreprise positive par rapport à une entreprise avec un élan de sentiment public négatif.»

«LES PREUVES SUGGÈRENT QUE L’OPINION PUBLIQUE INFLUENCE L’OPINION DES INVESTISSEURS SUR LA VALEUR DES ACTIVITÉS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES ENTREPRISES…»

Bien que les chercheurs aient étudié les rendements liés à l’investissement socialement responsable et à la performance ESG des entreprises, peu d’attention a été accordée à la manière dont l’élan du sentiment public stimule ou limite la sensibilisation du marché aux initiatives ESG des entreprises.

«Les preuves suggèrent que le sentiment du public influence l’opinion des investisseurs sur la valeur des activités de développement durable des entreprises et, partant, à la fois sur le prix payé pour la durabilité des entreprises et sur le rendement des investissements des portefeuilles qui prennent en compte les données ESG», conclut l’article.

L’article de Serafeim, Public Sentiment and the Price of Corporate Sustainability , prend des données sur le sentiment public autour des activités de développement durable obtenues auprès de TruValue Labs, tirées de reportages, d’analystes du secteur, d’ONG et de groupes de réflexion, et les combine avec les mesures ESG traditionnelles de MSCI, couramment utilisées par les analystes.

L’étude a examiné les entreprises de janvier 2009 à juin 2018, une période au cours de laquelle le nombre d’entreprises incluses dans l’échantillon et couvertes par les deux fournisseurs de données est passé à près de 1900, contre 340 environ.

Rien qu’en 2018, 80 billions de dollars d’actifs sous gestion s’étaient engagés publiquement à respecter une certaine forme de principes ESG, selon le document. Un si grand pool d’investissements potentiels peut rendre difficile pour les investisseurs de distinguer entre les entreprises qui se disent du bout des lèvres à l’ESG, connu sous le nom de greenwashing ou goodwashing, de celles qui obtiennent vraiment de meilleurs résultats en termes de performance financière.

«Un portefeuille qui a acheté des entreprises affichant une solide performance en matière de développement durable et un sentiment négatif, et vendu des entreprises affichant une mauvaise performance en matière de durabilité et un sentiment positif, a très bien fonctionné au cours des 10 dernières années», déclare Serafeim. Cela suggère que «les entreprises affichant de solides performances en matière de durabilité et un sentiment négatif ont été sous-évaluées».

Domino’s vs Cheesecake Factory

Dans l’un des exemples de l’article, Domino’s Pizza et The Cheesecake Factory ont tous deux obtenu une performance ESG moyenne de 5,2 (sur 10) sur l’échelle de MSCI sur la base de facteurs tels que le changement climatique, la sécurité et la qualité des produits et les catégories nutrition ou santé. Pourtant, la dynamique des investisseurs a radicalement différé: Domino’s a obtenu une note de 15 contre 87 pour Cheesecake Factory (sur 100) dans les indicateurs de sentiment de TruValue Labs, motivés par des évaluations inférieures du bien-être des clients ainsi que par des perceptions de qualité et de sécurité.

Mais le contraire était vrai dans la performance de leurs actions: au cours des cinq dernières années, Domino’s a surperformé tandis que Cheesecake Factory a sous-performé. Ainsi, le marché a pris en compte les performances ESG dans le cours de l’action pour Cheesecake Factory mais pas pour Domino’s. (Serafeim a choisi ces entreprises en partie pour dissiper la notion selon laquelle les activités de développement durable ne concernent que les industries et les entreprises de niche.)

«Ce n’est pas seulement une question d’investissements», dit Serafeim. « Il s’agit du sentiment général que la société a, et de la perception qu’a le public, de l’impact que vous avez sur la société. »

Souvent, un seul événement ou une mauvaise communication sur la façon dont l’ESG est intégré aux opérations quotidiennes d’une entreprise peuvent masquer de bonnes performances, dit Serafeim.

«Vous faites peut-être de grands investissements et de gros efforts dans le domaine du changement climatique et de la décarbonation de votre entreprise», déclare Serafeim. « Mais si vous manquez vraiment de confidentialité des données, le marché peut complètement ignorer tous ces efforts. »

Serafeim conseille aux entreprises d’être claires lors de la communication des détails sur la façon dont les politiques ESG font partie de leurs opérations quotidiennes. Avoir un rapport séparé sur l’ESG ne suffit plus, dit-il.

«Il s’agit essentiellement de protéger les investissements et de vraiment créer la durabilité en tant que stratégie holistique au sein de l’organisation, et non en tant qu’activités distinctes.»

Les implications pratiques

Les résultats de la recherche ont des implications pratiques pour les investisseurs et les entreprises.

Pour les investisseurs, «les preuves présentées ici suggèrent que la combinaison des scores de performance ESG avec de grandes données ESG pourrait être utile pour identifier les actions présentant des caractéristiques ESG supérieures et sous-évaluées», indique le rapport.

Lorsque les investisseurs peuvent identifier les entreprises soucieuses d’ESG qui n’obtiennent pas de crédit sur les marchés en raison d’un sentiment globalement négatif, les rendements par rapport aux indices de référence ou aux pairs peuvent être supérieurs de 4 à 5%, ce que l’on appelle «alpha positif» à Wall Street, le papier trouvé.

Pour les entreprises, les résultats suggèrent que le suivi des changements de sentiment en présence de nouvelles analyses par les ONG, les médias, les analystes du secteur et d’autres sources est important pour comprendre si les marchés financiers récompensent les investissements d’une entreprise dans les activités de développement durable.

Serafeim souhaite ensuite étudier comment les divulgations ESG des entreprises entrent en jeu pour les entreprises et les investisseurs.

«De nombreuses entreprises augmentent leur divulgation via un rapport de développement durable, des rapports intégrés ou en utilisant des normes telles que celles du Sustainability Accounting Standards Board», déclare Serafeim. D’autres essaient d’établir un compte de profits et pertes environnemental ou un bilan social.

Peter

A propos de l'auteur: Peter

Je travaille comme trader pour une filiale de la Société Générale aux USA. Vous pouvez suivre mes conseils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *